Voyage et grossesse

Dr. Carin3 mins de lectureDernière mise à jour 17 juin 2019
cover

Voyager lorsque l'on est enceinte n'est pas déconseillé mais requiert certaines précautions. Il faudra bien sûr en parler avec les professionnels qui vous suivent mais cet article vous présente déjà des informations sur les principaux risques encourus et vous fourni des ressources pour mieux préparer votre départ.

Risque thrombo-embolique lié au voyage :

On considère que ce sont essentiellement les transports aériens qui posent la question du risque de thrombose veineuse (phlébite, embolie pulmonaire). En effet, tant en bateau qu’en train, les déplacements restent possibles et conseillés et les problèmes liés à l’altitude et la pressurisation d’une cabine de vol ne sont pas rencontrés (1). En voiture, une pause toutes les deux heures est conseillée, et une durée maximale de trajet de 6 heures recommandée (1).

Il est estimé que moins d’une femme enceinte sur 1000 effectuant un vol aérien long courrier va souffrir d’une thrombose veineuse, ainsi la prescription d’une anticoagulation de courte durée n’est pas recommandée. En revanche, en cas d’antécédent personnel de thrombose veineuse ou bien de facteur de risque surajouté (thrombophilie par exemple), une anticoagulation à dose préventive administrée avant le vol est retenue.

Il reste néanmoins conseillé (1-3) de bien s’hydrater, de porter des chaussettes de contention, d’opter pour un siège côté couloir et de déambuler fréquemment dans la cabine.

Autres risques liés aux voyages en avion :

Le risque d’irradiation cosmique est négligeable (1,2).

Le risque d’accouchement prématuré n’est pas augmenté en raison de l’altitude (1), cependant la perspective d’un trajet aérien est à discuter avec le professionnel suivant votre grossesse notamment en cas de risque d’accouchement prématuré. Certaines situations spécifiques (placenta praevia, rupture prématurée des membranes…) sont considérées comme contre indiquant de principe un vol (4). La plupart des compagnies aériennes n’acceptent pas les femmes enceintes au delà de 36 SA (semaines d’aménorrhées).

Risque d’un accouchement dans un pays en développement :

Même en cas de grossesse à bas risque (5), accoucher dans un pays de faible ressources médicales (ressources sanitaires, disponibilités d’équipes médicales formées, accès aux produits dérivés du sang ou aux antibiotiques), à fortiori en cas d’accouchement prématuré, peut être lourd de conséquences (4).

Risque infectieux lié au pays de destination - Vaccinations:

Il est déconseillé de voyager en zone d’endémie palustre, c’est-à-dire dans un pays où existe la malaria (ou paludisme). Il s’agit d’une maladie liée à un parasite transmis par piqure de moustique, les femmes enceintes sont plus sensibles au parasite et les symptômes sont plus sévères. Les conséquences fœtales sont également possibles (hypotrophie, fausse-couche, mort in-utero). Pour connaître ces pays vous pouvez consulter le site de l'institut Pasteur de Lille.

L’épidémie Zika est responsable d’atteintes fœtales en particulier cérébrales, ophtalmologiques et peut également conduire à des retards de croissance in-utero, fausses-couches, morts in-utero. Du fait d’une épidémie en constante évolution géographique, il est conseillé de consulter la carte disponible sur le site du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (Version américaine mise à jour régulièrement).

Il est à noter que le virus est transmissible par voie sexuelle : en cas de voyage de votre partenaire sexuel en zone à risque, il est conseillé de porter des préservatifs lors des rapports sexuels jusqu’à la fin de la grossesse.

Les séjours en pays tropicaux et subtropicaux exposent les voyageurs des régions tempérées à des diarrhées, soit par simple changement alimentaire (« turista »), soit par contamination alimentaire bactérienne. Les conséquences maternelles chez la femme enceinte sont directement liées à la déshydratation (1). Il est recommandé de boire des eaux en bouteille initialement fermées, de ne pas accepter de glaçons dans vos boissons, de ne pas manger crudités, viandes, poissons et crustacés crus ou peu cuits (1).

Pour obtenir des informations complètes sur les vaccinations à prévoir (voir obligatoires) et des conseils aux voyageurs spécifiques de la destination choisie, renseignez-vous auprès des sites internet de l’institut Pasteur et de Santé Publique France – InVS. Il existe également des consultations spécialisées de conseils dédiés aux voyageurs.

Une question sur cet article ?

Vos questions ne doivent concerner que l’article (Voyage et grossesse) et non votre cas personnel car les informations transmises ici ne sont pas soumises au secret médical.

Références

(1) « Conseils aux voyageurs » pour les femmes enceintes. Philippe HJ, Miegeville M. Extrait des mises à jour en gynécologie obstétrique, Tome XXVIII, CNGOF 2004 (2) ACOG Committee Opinion No. 746 Summary: Air Travel During Pregnancy. Obstet Gynecol. 2018 Aug;132(2):533-534. (3) Pregnancy and travel-related thromboembolism. Cannegieter SC, Rosendaal FR, Thromb Res. 2013 Jan;131 Suppl 1:S55-8 (4) Travel during pregnancy : considerations for the obstetric provider. Antony KM, Ehrenthal D, Evensen A, Iruretagoyena Jl. Obstet Gynecol Surv. 2017 Feb ;72(2) :97-115 (5) Suivi et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées. HAS mai 2016.